mardi 7 mars 2017

Rebellions are built on hope, et les histoires d'amour aussi


Est ce qu'on peut être nostalgique de quelque chose qui est entrain de se passer ?

Ça faisait longtemps j'avais pas parlé du destin, non ?
Du coup j'y reviens, parce que qu'il le faut.


J'ai déjà parlé de Nicola Yoon, qui avait écrit cette petite pépite qu'est Everything Everything qui m'avait fait du bien quand j'avais mal. C'était son premier livre, le truc est un best seller et est entrain d'être adapté en film. Il y a des gens comme ça, à 43 ans ils écrivent un petit bouquin et on s'apperçoit qu'ils ont de l'or qui leur sort des doigts. Ça me rassure un peu pour être honnête, je me dis qu'il est jamais trop tard. 



Fin 2016, le deuxième (je dis deuxième parce que j'espère qu'il y en aura plein d'autres) roman de Nicola Yoon est parru au Royaume-Uni (où je vis en ce moment), je l'attendais de pied ferme et je l'ai acheté le jour de sa sortie, alors que j'avais loupé la sortie du nouveau Lockwood quelques mois plus tôt, shame on me. J'ai passé quelques jours à Edimbourg, juste avant les vacances de Noël, dans cette ville que j'aime tant, qui a cette ambiance si particulière à n'importe quel moment de l'année et qui résonnait à ce moment là de la magie de Noël. J'ai lu le roman lors de brève pauses dans des cafés d'où on peut garder un oeil sur l'impressionant chateau, depuis Calton Hill les cheveux au vent, le dos baigné de soleil, au bord de Water of Leith la rivière principale d'Edimbourg qui traverse Dean Village, ce micro quartier qui a l'air coincé entre le Moyen-Age et le XIXe siècle, ou encore dans mon lit, écoutant d'une oreille distraite les visites guidées menant les groupes de touristes à travers la venelle médiévale sur laquelle donnait l'appartement. A chaque fois que j'ouvrais le livre j'abandonais l'Écosse pour me retrouver au milieu de Manhattan, marchant d'un pas rapide derrière Daniel et Natasha. 



The Sun is Also a Star m'a fait penser à Before Sunrise pour l'aspect discussion itinérante, pour la romance (oui déso pas déso, c'est une histoire d'amour (mais pas que)), pour les différents sujets abordés.


Ce que j'ai remarqué et apprécié à propos de The Sun is Also a Star c'est qu'en construisant ses personnages et ses situations Nicola Yoon a déconstruit un gros paquet de clichés, de stéréotypes de genre et de ficelles souvent usées jusqu'à la corde (jeu de mots Ramucho).
Dès les 20 premières pages j'ai su que j'étais entrain de lire quelque chose de special, et après les 50 premières j'ai su que ça allait être un de mes livres préféré de 2016 et en refermant le livre je l'ai serré contre mon coeur parce que pfiou.
Natasha et Daniel sont drôles, bien construits, plein de défauts, ils paraissent vrais et familier. Leur histoire d'amour n'est qu'un prétexte pour aborder plein d'autres sujets, l'histoire, le racisme, la physique quantique, la famille, les attentes et l'espoir.
Et dans tout ça le destin qui s'insère dans la vie de ces deux ados, d'une façon qui semble attendue au départ mais qui va bousculer les personnages et puis toi aussi. Que tu sois plutôt comme Natasha où le cynisme et l'esprit cartésien règle ta vie ou plutôt comme Daniel romantique et ayant tendance à suivre tes tripes, ce roman va te mener par le bout du nez, même si tu crois pas que deux personnes peuvent être faites l'une pour l'autre, même si tu penses que le Destin c'est quelque chose qu'on construit a posteriori.
Bref, pour moi on l'a bien comprit, The Sun is Also a Star était complètement transcendant et je ne peux que le recommander. Par contre c'est pour l'instant réservé aux gens qui lisent l'anglais car le roman n'a pas encore de date de parution française, va harceler ton libraire pour savoir s'il a plus d'infos ou demande à Bayard Jeunesse, je vais pas tout te faire non plus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire