lundi 20 février 2017

Le féminisme dans la littérature jeunesse et mon combat obstiné contre le sexisme

Je parlais dans une des listes précédentes de mon amour pour l'écriture et des fanfictions que j'écrivais quand j'avais 15 ans. Il m'arrive de relire ces trucs et aussi les posts de mes différents personnages féminins sur le jeu de rôle textuel auquel je participe de façon plus ou moins sporadique depuis une dizaine d'année (HP Hogwarts, big up). Si on laisse de côté les fautes d'orthographe on peut considérer que j'avais déjà à l'époque mon petit style bien à moi, qui a évolué avec le temps. Et aussi, et c'est bien malheureux, tout le sexisme intégré dont je faisais preuve à l'époque. 



C'est chaud de se rendre compte des horribles conneries qu'on pouvait penser à cette époque là. Et c'est aussi terrible de penser que si moi j'ai évolué et j'ai été éduquée au féminisme (et pour ça, je pense que je ne remerciai jamais assez le site Madmoizelle, espèce d'étendard féministe dans le ciel de magazine féminin rétrograde comme Jeune et Jolie ou autre daube genre Grazia) d'autres ont gardé ces réflexes dégradants, ceux qui t'ont été patiemment inculqués depuis le plus jeune âge sur la place de la femme et que tu ressort sans même t'en rendre compte. Du coup ça me fait toujours zizir quand je tombe par hasard sur un livre un tantinet féministe  et conscient de l'être qui plus est. 





J'ai découvert les romans de Holly Bourne en arrivant en Angleterre avec What's a Girl Gotta Do ? (littéralement "Qu'est ce qu'une fille doit faire?") qui est le troisième tome de la série du Spinster club, mais ils se lisent indépendamment sans soucis. Au lycée, Evie, Amber et Lottie se lance dans la lutte féministe et créé le club des vieilles filles. Après une journée particulièrement difficile où Lottie subi de manière quasi acharnée le sexisme plus ou moins ordinaire d'inconnus ou de camarades, elle décide de se transformer en défenseure féministe acharnée  en créant le Project Vagilance (Vagin/Vigilance) où elle sera obligée de pointer du doigt quoique ce soit qui est injuste pour l'un ou l'autre genre, la publicité, la musique, les comportements arriérés de certains de ses camarades, les petites choses qui n'ont l'air de rien. Un projet épuisant qui va interférer avec sa vie perso car elle se rend compte que par habitude , par choix, par la force des choses, on ferme les yeux sur de nombreux comportement à problème.
Si tu n'es pas déjà sensibilisé à la cause féministe peut être que ce roman va te paraître un peu extrémiste. Mais ce combat est important, parce que beaucoup beaucoup de gens ne se rende pas compte à quel point il est nécessaire.



Rien qu'hier soir j'ai eu une discussion passionnée avec mon frère parce qu'il avait balancé une citation de Sonia Rykiel "une femme n'a jamais assez de chaussure" et soutenait mordicus que c'était vrai que les femmes avaient une passion pour l'achat de fringues ou de chaussures, toutes les femmes, comme si c'était quelque chose de génétique.
Après m'avoir traité de feminazi et de complotiste qui voyait du sexisme là où il n'était pas, il a avoué qu'il n'était pas féministe parce que "les hommes aussi souffre du sexisme", alors que bon le féminisme s'intéresse aussi à la façon dont le sexisme affecte les hommes. Le sexisme touche aussi les homme, mais beaucoup moins que les femmes, et souvent le sexisme qui touche les hommes est lié au femmes. Les hommes ne sont pas agressés sexuellement autant que les femmes, ils ne sont pas autant victime de violence domestique. Les hommes ne gagnent pas moins d'argent parce qu'ils sont des hommes. Les hommes ne se heurtent pas au plafond de verre, n'ont pas plus de difficulté à atteindre des postes à responsabilités parce qu'ils sont des hommes. Les hommes ne voient pas leurs opinions laissées de côté ou étiqueté comme "hystérique" ou si jamais ils ont des émotions, on leur demande pas s'ils ont leurs règles. Les hommes n'ont pas de nombreuses lois qui contrôle leur corps ou leur sexualité.
Oui la place des hommes est moins importante dans le combat féministe, parce que nous sommes dans une société patriarcal, dont les hommes dans leur grande majorité bénéficient, alors que les femmes sont lésées. Et qu'il paraît donc logique de se focaliser sur le groupe qui a le plus besoin d'égalité.

Bref je pourrais vociférer sur la nécessité du féminisme pendant des heures, mais je vais m'arrêter là, j'ai pas envie de te perdre. Lis le Spinster club, tu verras c'est vachement bien, et puis drôle surtout !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire