jeudi 26 mai 2016

Les six livres que je conseille tout le temps sans les avoir jamais lu

Travailler en librairie ça demande de lire, beaucoup. J'ai une assez bonne culture littéraire, mais contrairement à ce que croient la plupart des clients, non je n'ai pas lu tous les livres. Je pêche notamment sur les romans 9-12 ans parce que mon truc c'est plutôt les romans pour ados. Du coup, souvent, je conseille des trucs que j'ai jamais lu.

le libraire, maître du pipeau

J'ai plusieurs techniques foireuses pour présenter un livre que je n'ai jamais ouvert.
  • J'ai entendu un/une de mes collègues en parler et j'essaie d'en parler en le/la citant mot pour mot (et je me remercie ma mémoire).
    Niveau de succès 4/5
 

exemple : Elisabeth, princesse à Versailles, d'Annie Jay aux éditions Albin Michel Jeunesse

Apprentis vétos très spéciaux de Suzanne Selfors, Bayard jeunesse

  • J'ai lu une critique dessus sur un blog et j'ai lu le résumé éditeur (plus fourni que la quatrième de couv' généralement).
    Taux de succès : 4/5 en ayant l'air convaincue de ce que je raconte

exemple : Clin Tiswoud, journal d'un menteur professionnel d'Estelle Billon-Spagnol, Sarbacane


L'espion de Richelieu de Claude Merle, Bayard jeunesse
  • Je prend le livre au hasard sur l'étagère, je lis la quatrième de couv' en même temps que je présente le livre, j'invente complètement l'histoire à partir de deux trois mots.
    Taux de succès: 3/5 parfois ça marche, mais je croise les doigts pour que le parent ne demande pas à l'enfant de lui raconter le livre.
exemple : Malenfer, Cassandra O'Donnel, Flammarion
Oscar Pill d'Eli Anderson, Albin michel


Et j'ai même pas honte, tu sais pourquoi ?
Parce que je suis pas la seule à faire ça, voici comment une de mes collègues de la librairie raconte les Autodafeurs de Marine Carteron (TRUE STORY):

"Alors ça se passe dans le futur, c'est une société dystopique où les livres n'existent plus, plus personne n'a le droit de lire. Sauf une famille qui fait parti d'une société secrète qui est la seule à avoir encore accès aux livres. On suit un adolescent et sa soeur autiste. Ils sont pourchassés par les autodafeurs qui veulent brûler leur livres..."



10 commentaires:

  1. Wah dur la description des Autodafeurs.... ça pique !

    RépondreSupprimer
  2. Oula ! Quelle apprentie ?^^

    Fabien

    RépondreSupprimer
  3. Oula ! Quelle apprentie ?^^

    Fabien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. KEWA tu n'as jamais lu Elisabeth ? :) Je suis choquée ! Bon et sinon apprentis véto très spéciaux c'est vraiment vraiment bien, ne te laisse pas effrayer par la couv douteuse.
    Mathilde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je sais, c'est toi qui m'en a parlé !
      Un jour, je le lirais

      Supprimer
  6. Oooops !!!
    En tant que personnage principal des Autodafeurs (et archi beau-gosse charismatique) permettez que je m'insurge sur ce résumé qui, comme le dit très bien Manon, PIQUE GRAVE LES YEUX !!!
    Sans déconnez, c'est n'importe naouak. Donc ta copine tu lui diras de ma part que pour résumer mon histoire c'est hyper simple : tu dis juste que c'est la life d'un beau gosse charismatique qui sauve le monde (moi) et de sa petite soeur casse-pieds (cesarine) qui l'aide un peu (okay, beaucoup...).

    RépondreSupprimer