dimanche 3 avril 2016

Le pays de la saucisse au curry, les ados dans le coma et le concept demélancolie joyeuse

Il y a deux ans, quand j'ai commencé mon stage aux Éditions Thierry Magnier, je me suis attaquée au catalogue par un roman, et c'était même pas une nouveauté, mais purée qu'est ce que c'était bien.

GBBerlin

Avec sa couverture à cochons conducteurs, Goodbye Berlin donne le ton même avant que l'on ouvre le roman. Je me suis laissée embarquée à l'arrière de la vieille Lada en écoutant Tschick et Maik se raconter leur vie ou des conneries, conduire à travers champs, en route pour la Valachie, vieux frère ! Complètement absurde, absolument génial, plein de petites joies, de déconvenues, de galères. Une ode à l'amitié qui vous fait rire à en pleurer. Avec des personnages tellement attachants que vous avez envie de les sortir du livre pour leur faire un câlin. Et des situations si invraisemblables qu'on finit par se dire que c'est possible finalement.
C'est le genre de roman que tu veux lire à voix haute à quelqu'un ou le regarder lire pour voir ses réactions, pour savoir s'il rira où tu as ri si tu t'attendrira pour les mêmes choses que toi. Si ce livre pendra dans son coeur la même place que dans le tient.

wolfgang-herrndorf

L'auteur de ce bijoux s'appelle Wolfgang Herrndorf, enfin s'appelait plutôt, il est malheureusement décédé des suites de son cancer (si tu veux tout savoir il s'est suicidé ), alors qu'il était âgé d'à peine 48 ans. C'était un auteur extrêmement populaire en Allemagne qui a remporté de nombreux prix pour ses ouvrages et qui m'a fait rencontrer, et devenir friande de ce concept très allemand de mélancolie joyeuse.

La mélancolie joyeuse c'est prendre un sujet qui a pas l'air si sympa et inclure de la joie dedans, laisser une bonne place à ce qui est vraiment important, les liens fort de l'amitié, la découverte de soi, le tout copieusement arrosé d'un humour noir, grinçant et sarcastique. Trouver la balance idéale entre le pathos et la comédie.

Depuis j'ai découvert d'autres auteurs allemand qui utilisent la mélancolie joyeuse, et à chaque fois ces romans sont des pépites, ils me touchent de façon si particulière. Ils sont encore confidentiels en France, c'est pourquoi je trouvais important de t'en parler, peut être que tu connais déjà, peut être que ça va te donner envie de les lire. C'est toujours très bien écrit, ou très bien traduit.

1540-1


Nils Mohl, auteur de Il était une fois au pays des indiens, un livre à la narration emmêlée, une histoire de cavale, de parents qui ne tiennent pas leur rôle, de banlieue, une histoire d'amour, de découverte de soi et de l'autre.

Finn Ole Heinrich qui livre grâce à La Vie de l'unique, l'étonnante, la spectaculaire, la miraculeuse, Lara Schmitt, l'univers singulier d'une petite fille d'une dizaine d'année très en colère, mais toujours très drôle.


Et enfin, mon coup de coeur de ce début d'année 2016, le tout premier roman ados des éditions Magnard, Très vite ou jamais de Rita Falk.

9782210962736-g


L'histoire de Nils et Jan (ça se prononce comme Yan), meilleur potes depuis toujours, passionnés de moto. Un jour Nils loupe un virage et tombe dans le coma. À travers des lettres adressées à Nils, Jan raconte son quotidien, ses nuits au Nid de coucous, ses relations avec les autres amis de Nils ou ses parents, ces journées passées à son chevet à espérer qu'il se réveille. C'est un roman très juste. Il m'a fait sourire et rire à de nombreuses reprise, Jan n'est pas du genre à se laisser abattre, tant que le cœur de Nils bat tout baigne, la vie continue. Les personnages se succèdent mais ne se ressemble pas, leur relation sont complexes et toutes en nuances. Les émotions de Jan sont brutes, amères, pleine d'espoir. Il est impliqué et désintéressé, plein de verve et ne s’embarrasse pas de long discours. Et même si Nils est dans le coma on apprend à le connaitre à travers Jan, à travers leurs histoires et on s'attache et on ressent les choses, ça vous frappe en plein cœur, c'est plein de petites perfections. Jan va grandir, par la force des choses. C'est un roman qui m'a ému, qu'il va être difficile de conseiller en librairie, mais qui je l'espère, remportera le succès qu'il mérite.

1 commentaire:

  1. Hey, ah j'avais tellement aimé "Il était une fois au pays des indiens" !!! Et cette Lara Schmitt, tellement unique ! Goodbye Berlin est encore dans ma Pal et j'ajoute de suite Très vite ou jamais ! Que d'excellents conseils sur cet article ;)

    RépondreSupprimer