mercredi 6 avril 2016

La mythomanie compulsive des personnages de Pierre Niney





Peut être que tu connais mon amour pour Pierre Niney, ou peut être pas, ça a peu d'importance finalement. Avec mon plus petit frère (Big Up Damdam) après une journée passée à crapahuter dans tout Paris, manger des frites, s'être fait harceler par les faiseurs de bracelet du Sacré-Coeur, bu du thé au Café Chinois avec une ancienne stagiaire de Canal +, écouter deux enfants de onze dire à propos d'un troisième "Il est pas méchant, mais parfois il est vraiment con", on s'est réfugié au Gaumonparnasse pour assister à la première de Five, le film d'Igor Gotesman, qui est sorti le 30 mars.

Ça faisait quelques semaines que je l'attendais ce film. Je m'étais bien bidonné devant un des teasers du film, contente de retrouver le duo Pierre Niney et François Civil qu'on avait pu déjà voir dans la mini série Casting(s)


Le pitch du film est simple, Samuel fait parti de la bourgeoisie parisienne, sa passion c'est le théâtre, mais il fait croire à son père qu'il fait des études de médecine. Il partage avec quatre amis d'enfance un appartement gigantesque dont il (enfin papa) paye la moitié du loyer, un jour le mensonge tombe à l'eau et Samuel ne voulant pas décevoir ses potes décide de trouver un autre moyen de gagner de l'argent. C'est le troisième film où Pierre Niney nous montre un personnage de menteur, d'abord dans J'aime regarder les filles, puis dans Un homme idéal et enfin dans Five, et à chaque fois pour cacher un statut qu'il n'a pas ou plus, j'ai trouvé intéressant les différentes manière dont il aborde le rôle à chaque fois. Samuel est un optimiste qui veut tout faire pour faire plaisir à ses potes, quitte à se mettre vraiment, vraiment dans la merde.

Le scénario en lui même n'a rien d'original, mais les relations entre les différents personnages et surtout le potentiel comique du duo entre Pierre Niney et François Civil fonctionne à mort. Ça faisait longtemps que j'avais pas autant ri au ciné. Le film contient des scènes particulièrement épique et qui n'ont pas été révélées par les bande annonce. Fait suffisamment rare pour être souligné. Je vous le conseille donc !

Allez on file au ciné pour voir Five.

1 commentaire:

  1. Et dire que je ne l'ai toujours pas vu.... ! En plus, il est sorti le jour de mon anniversaire, c'est un signe ! Ma soeur a assisté à une avant-première à Clermont avec les acteurs (sauf Pierre par contre...) et elle a adoré comme toi !

    RépondreSupprimer