mercredi 28 janvier 2015

Dear White People, black faces, assimilation et insertion



Présenté comme une comédie Dear White People sortira en mars sur les écrans français.

Mais laissez moi vous dire un truc, ce film, n'est pas une comédie, il est bien plus que cela.

dear white people

Il est une satire, un manifeste de la situation des afro-américains à notre époque. Des clivages, de la ségrégation même, qui subsistent toujours dans ce pays. L'abolition de l'esclavage aux États-Unis c'était en 1865, à la même époque en France on assistait à la création des magasins du Printemps, aucun rapport mais vous pourrez frimer en soirée.

Le film raconte l'histoire d'une fac américaine et du combat d'une étudiante, Sam White, et de son groupe d'amis pour que l'unique maison pour les étudiants noirs le reste. Mais le film raconte bien d'autres choses, le parcours de cet étudiant noir et gay qui ne sait pas où est sa place. L'histoire de Coco cette fille qui essaie d'avoir l'air le moins noire possible pour mieux s'intégrer etc etc...

Le film pose la question de l'identité noire aujourd'hui aux États-unis, qu'est ce que cela signifie? qui sont-ils? comment sont-ils perçus? que doivent-ils être? Faut-il renier son identité noire? Y-a-t-il une identité noire?

Toutes ces questions auxquelles il faut accepter de ne pas avoir de réponse fournies par le film, mais qui permettent de lancer un sujet de réflexion au spectateur.


"My film isn't about 'white racism' or racism at all. My film is about identity. It's about the difference between how the mass culture responds to a person because of their race and who that person understands themselves to truly be. All explored through the microcosm of a success-oriented Ivy League college."



—Justin Simien, réalisateur de Dear White People, à propos du film

J'ai adoré ce film, parce qu'il est drôle, tout de même, il m'a aussi beaucoup fait réfléchir. Ce genre de film, ce genre de question ou de situation n'aurait jamais pu avoir lieu en France. Parce qu'ici les noirs ne font pas parti de notre identité culturelle, les États-unis se sont construits et ont prospéré "grâce" à l'esclavage, ici ils sont issus de l'immigration. La France n'a accordé aucune place à la culture noire, les français d'origine africaine ont été assimilés, ce qui est définit comme "la pleine adhésion par les immigrés aux normes de la société d’accueil, l’expression de leur identité et leurs spécificités socioculturelles d’origine étant cantonnée à la seule sphère privée", il n'y a pas, en France, cette notion d'insertion présente aux États-unis et qui fait à la fois sa richesse culturelle, mais est aussi sûrement la cause des problèmes de clivages, de racisme qui ont mené aux désastres de Ferguson etc...

Je n'ai pas de solution, je ne dit pas que l'un et meilleur que l'autre parce que je n'en ai aucune idée et surtout que les deux situations n'ont aucuns rapport, mais je comprends mieux, à présent, ce qu'il se passe aux États-unis et le conflit en chacun.

Dear White People est un film à voir, à commenter en classe ou entre potes, à disséquer sur votre blog, à encourager les gens à aller voir.

Un dernier point, sur un sujet beaucoup plus futile, les coiffures de Sam tout au long du film, gros coup de coeur.



Dear White People, Justin Simien, 2014, USA en salle le 25 mars 2015

 

1 commentaire:

  1. dear french people6 septembre 2015 à 05:35

    les premiers immigrés francais cest les blancs qui sont allés coloniser d'autres pays au lieu derester chez eux, l'esclavage existait aussi, demandez aux colonisés de l'epoque.... donc je pense pas que ce soit si different des etats unis, la seule chose qui change cest la politique d'integration :en france, un francais noir reste avant tout un noir...les noirs francais ne sont pas completement decolonisés encore pas entierement du moins,...des clivages yen a surement ausi chez nous si ce nest de la schizophrenie,..les francais noir sont des francais d epapiers surtout du moins dans la definition officielle, le noir est etranger forcement bref...la liberté d'etre ce qu'on est en france cest officiel mais dans les faits cest plus compliqué et cela qu'on soit noir, indien ou je ne sais quel autre comunauté ethnique ou religieuse,. en france la differenc ecest un big problem

    RépondreSupprimer