lundi 6 octobre 2014

Les seins de Shailene Woodley et autres considérations sur White Bird de Gregg Araki



C'est la quatrième fois cette année que l'on peut admirer Shailene Woodley sur grand écran. White Bird sortira le 15 octobre et j'ai eu la chance de le voir en avant première avec en présence de Shailene Woodley herself. Dans White bird, Shailene joue Kat, 17 ans, qui vit une vie tranquile dans une petite ville à la fin des années 80. Un jour, sans aucune explication, la mère de Kat disparaît. L'hypothèse la plus probable, retenue par la police, est qu'elle a décidé de prendre le large, ennuyée par sa vie monotone de femme au foyer et son mari qu'elle n'a jamais aimé.
A travers des flash-back racontant les mois précédant la disparition on en apprend plus sur Kat et sa relation compliquée avec sa mère mère névrosée, son petit ami, ses amis. Peu à peu Kat fini par se poser des questions sur ce qui c'est réellement passé.
White Bird est le premier film de Gregg Araki que je voyais et ça m'a vraiment donné envie de voir les autres.
L'esthétique du film est parfaite. L'ambiance et la BO année 80/90 est super chouette, les fringues de Kat rentre direct dans ma garde robe de rêve. Et Shailene Woodley est absolument sublime tout au long du film, elle montre une facette de son jeu d'actrice un peu plus éloignée de l'héroïne pour adolescente qu'on a pu voir dans Divergente ou The Fault in our Stars. Kat et sa mère on une relation tumultueuse, la mère de Kat est très jalouse de sa fille, et notamment de son corps, dont Kat sait très bien se servir. On la voit plusieurs fois nue, notamment cette scène formidable où elle se retrouve topless dans le salon du flic qu'elle veut séduire, ses longs cheveux retombant sur sa poitrine façon sirène, sublime.



J'ai trouvé le film assez rythmé, même s'il ne s'y passe pas grand chose en vérité. Je ne peux malheureusement pas donner mon avis sur le film en tant qu'adaptation, mais j'aimerais bien avoir des avis là-dessus.
Le twist final est particulièrement inatendu et croustillant, il a fait s'exclamer toute la salle moi y compris.
C'est drôle, triste, dérangeant, étrange, angoissant, bref on passe un peu par tout les sentiments et c'est très bien maîtrisé.
A voir donc.
Le seul bémol, et c'est vraiment histoire de critiquer, c'est Eva Green, je ne la supporte pas, j'ai l'impression qu'elle fait toujours la même chose et c'est fatiguant et attendu...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire